La Chapelle-Glain

Site de la Mairie
 Accueil  > La Commune  > Histoire

L’histoire ancienne et contemporaine, l’archéologie, la cartographie ancienne, les extraits d’archives, des cartes postales anciennes et les traditions de la commune.

Blasonnement

Écartelé d'azur et de gueule : au premier, à un épi de blé ; au deuxième, à un moulin à vent ; au troisième, à une roue dentée ; au quatrième, au chevron engrelé, tous d'or ; sur le tout de sinople à la foi d'argent. Commentaires : Dans cette commune frontalière, la foi symbolise les bonnes relations entre la Bretagne et l'Anjou.

Repères historiques

La Chapelle Glain aurait son origine dans la construction, vers 1120, par Glain de Rougé, d’une demeure fortifiée, la Motte Glain. Glain de Rougé fit également construire une chapelle pour le service religieux des gens de son domaine « La Chapelle des Forestières » , il fit pour cela appel aux moines de l’Abbaye de St Florent le jeune, près de Saumur.

La chapelle, d’abord priorale, devint par la suite paroissiale.

Pierre de Rohan reçut, par la dot de sa femme, la terre de la Motte Glain où se trouvait un ancien manoir qu’il fit transformer en 1496 (celui que l’on voit de nos jours).

Les monuments du bourg

L’ancienne église, qui occupait l’actuel site de l’école publique (non affectée à la scolarisation aujourd’hui), fut construit en 1670 ; un cimetière l’accompagnant.
Vers 1840, le grand cimetière fut établi à l’emplacement de l’actuelle église qui vint prendre sa place en 1870. Les pierres de l’ancienne église furent utilisées pour bâtir l’école publique et laïque.

La mairie fut construite en 1863 (mairie à l’étage et logement de l’instituteur au rez-de chaussée.

La commune a recueilli une gendarmerie entre 1838 et 1874.

L’ancien hôtel Gervais a conservé sa vocation d’accueil (hôtellerie et restauration).

Le Tramway

En 1895, le Conseil municipal déclara d’utilité publique le prolongement jusqu’à la Chapelle Glain du tramway de Châteaubriant à St Julien de Vouvantes. La ligne sera ouverte en 1899 et fermée en 1947 elle aura essentiellement été justifiée par l’activité des fours à chaux.

Article publié le 7 décembre 2011